Tanzanie : Terre d’Afrique et des origines de l’homme

La Tanzanie est un pays d’Afrique de l’Est, situé juste en dessous du Kenya. Destination idéale de Safari, cette terre riche est une destination parfaite pour les amateurs d’aventures (moyennant quelques précautions bien entendu). La nature y est abondante et les différentes cultures bantoues, Swahilies, Masai ou encore Tchaga sont propices à des rencontres humaines intenses. Petit focus sur cette région méconnue du grand public !

cultures-parc-kilimandjaro
Un aperçu de culture aux abords de la jungle dans le National Park of Kilimandjaro



Un peu d’histoire

La Tanzanie tient son nom de la contraction du nom des deux états qui sont à son origine : Zanzibar et Tanganyika. La région est connue comme étant le berceau de l’humanité puisque c’est au N-O de ce pays que furent trouvés les plus anciens fossiles d’hominidés. Plus tard la région sera un carrefour de rencontres entre les populations Bantoues au sud et les populations nilotiques au nord qui interviendront dans la région par plusieurs vagues migratoires successives. La première ville à être mentionné dans la région est Rahpta qui serait née des relations commerciales existantes entre l’Égypte, la Phénicie, La perse, les Indes et l’intérieur des terres africaines. Pline l’Ancien (naturaliste et écrivain romain du premier siècle) mentionne d’ailleurs la région sous le terme d’Azania.

Au Moyen Âge les pouvoirs musulmans, principalement ceux issus de la péninsule arabique vont établir des cités-états commerciales qui assureront le transport d’épices, d’esclaves, d’ivoires, de bois et pierres précieuses, ainsi que de tout un tas de produits à haute valeur monétaire. Le mélange de ces cultures arabes et bantoues donnera naissance à la culture Swahilie qui se répandra rapidement grâce au commerce. Ces cités-états étant en concurrence perpétuelle, elles ne feront pas un bloc uni qui aurait pu empêcher l’installation des premiers européens (portugais) au quinzième siècle.

La région devient donc, pendant deux cents ans un comptoir portugais, mais l’ambiance y est tendue, Les locaux étant hostiles aux Portugais. Ils se révoltent régulièrement en recevant plusieurs fois l’appui du sultanat d’Oman qui finit par prendre le pouvoir en 1729. De nouvelles tensions se créent sur la côte, étant donné l’éloignement du sultanat, celui-ci éprouve une difficulté conséquente à établir son régime sur les côtes africaines et c’est au bout d’une centaine d’années que l’histoire se répète avec l’arrivée des Britanniques qui après avoir apporté leur aide au sultanat se retourne contre celui-ci.

Ce sont les Britanniques qui vont alors cartographier l’intérieur des terres (Période de l’explorateur-médecin David Livingstone ) qui sont majoritairement “Terra incognita”. De nouvelles tensions entre le sultanat d’Oman et les Britanniques vont alors faire intervenir les Allemands dans la région. Des tentatives d’accords pour se départager les terres vont se mettre en place, mais sans arriver à établir un climat de contentement général. Après la première guerre mondiale les Allemands vont définitivement perdre leur ancrage dans la région au profit des Britanniques. La seconde guerre impliquera que la zone sera moins sujette aux conflits, mais davantage exploitées pour la production de matières premières au profit des Nations Unies. Les années cinquante verront la création de partis politiques indépendantistes qui voudront stopper l’influence européenne qui à alors profondément changer les paramètres identitaires, religieux et culturels de la religion (cela étant un peu relatif d’une ethnie à l’autre, puisque les Hadza ou les Masais par exemple sont restés assez éloignés de ces modernisations). En 1961 seront alors créés les états de Zanzibar et de Tanganyika qui s’uniront 3 ans plus tard pour créer l’actuelle Tanzanie.

carte-afrique-13eme-siecle

Population

La culture tanzanienne est majoritairement Swahilie, mais quelques populations comme les Masais ont gardé une identité à part entière. Les deux religions les plus représentées sont le christianisme et l’islam, tandis que les langues officielles sont le Swahili et l’anglais . Il existe cependant encore beaucoup de dialectes régionaux actifs. L’arabe et le Gjarati (langue indienne) sont également représentés. Il y a près de 45 millions d’habitants dans le pays dont 99 % sont africains de souche. Le reste comprend des populations d’origines arabes, asiatiques (principalement indienne) et européenne.

Guerriers Masai effectuant une danse rituelle

Nature

Il y a 22 parcs nationaux répartit dans le pays dont le plus connu est le fameux Serengeti qui apparaît dans bon nombre de documentaires animaliers. On regroupe plusieurs milliers d’espèces animales (varans, crocodiles, aigles, autruches, scorpions, etc.) dont 430 mammifères parmi les plus emblématiques de la culture populaire comme le lion, la girafe, le zèbre, les antilopes, le léopard, le buffle, etc.

Une femelle d’éléphant des savanes avec en arrière-plan une gazelle de Thompson dans le parc de Tarangire, le second plus grand parc national de Tanzanie

Les paysages de la Tanzanie sont variés, on y retrouve entre autres des savanes, montagnes, forêts tropicales, plages, marais, lacs, etc.

Le mont Kilimandjaro surplombant la jungle équatoriale

Cette diversité de paysages entraîne une abondance de végétaux variés. En Tanzanie on rencontre les fameux Baobabs et Acacias qui sont repris dans divers films d’aventures. Mais vous pourrez aussi retrouver des figuiers, des euphorbes, des palmiers, sélaginelles, orchidées, palétuviers, ipomées, ou encore les Leonotis qui sont parfois vendues comme annuelles chez nous.

Leonotis léonuresléonures

Il y a également bon nombre de cultures que l’on rencontre fréquemment tels que bananiers, caféier, riz, giroflier, coton etc.

À plusieurs endroits, on rencontre également des bandes de singes qui sont habitués à la présence humaine et qui de ce fait, ont mis en place des mécanismes de vols de nourritures qui font souvent preuve d’inventivité et de rapidité. Bien que ces animaux présentent des expressions humanoïdes attachantes et des comportements qui les rendent fascinants, il ne faut pas en oublier leur force et leur danger.

Sur la plage de Tanga ,ce singe (CHLOROCEBUS PYGERYTHRUS. ) tapis dans l’ombre, guette les passants …

D’ailleurs, entre sa faune et une population très pauvre qui est parfois amenée à la violence pour survivre, il peut se montrer dangereux de circuler en Tanzanie. Si néanmoins l’aventure vous tente, n’hésitez pas à contacter un guide de qualité qui pourra vous montrez des merveilles locales tout en assurant votre sécurité : Safaricatravelsguide

Du côté maritime, plusieurs zones côtières sont des mangroves qui abritent divers animaux tels que crabes violonistes, périophtalmes, néphiles, tortues et oiseaux. Plus au large, on trouve des récifs coralliens qui abritent une faune piscicole très variée (poissons chirurgiens, demoiselles, poissons-clowns, labres, gobies, requins, etc.) La zone est également fréquentée par plusieurs espèces de cétacés (dauphins, baleines à bosse, rorqual, etc.) ainsi que par le plus grand poisson actuel : Le fameux requin-baleine.

Requin baleine avec ses flancs caractéristiques

Plus à l’Ouest, se trouve la région des grands lacs (Tanganyika, Malawi et Victoria) qui sont de véritables mers intérieurs. Hormis le lac Victoria qui s’est vu dévasté par l’introduction de la perche du Nil et la pollution des industries aux alentours, les deux autres présentent chacun une faune quasi endémique dans son entièreté. Ce sont d’ailleurs des poissons très appréciés dans le milieu aquariophile !

labidochromis-caeruleus-lac-malawi
Ce Labidochromis jaune n’existe que sur une petite partie de la côte ouest du lac Malawi !

En résumé

La Tanzanie est une terre riche à plus d’un niveau qui à beaucoup d’émotions à offrir pour ceux et celles qui se montrent intéressés et un peu audacieux. Personnellement j’ai passé un mois dans la partie nord et centre du pays et j’ai l’impression de ne rien avoir vu et en même temps d’en avoir pris plein les yeux. Le pays est grand (985 087 km²) et il y a énormément à voir que ce soit d’un point de vue culturel, artistique, nature ou histoire. Une destination qui bien préparé peut se révéler plus que mémorable !

Un gnou bleu (Connochaetes taurinus) dans la savane de Tarangire