Faune et flore en voyage : comment observer intelligemment et avec respect

Si vous êtes amateur de nature, il est probable de penser que vous apprécierez de vous confronter à la beauté des paysages de votre lieu de destination, mais comme vous le savez surement cela n’est pas sans risque ! Même si les premiers conseils seront avant tout de bien se renseigner sur la faune et la flore locale et de se faire accompagner d’un guide officiel de la région. Voici néanmoins quelques compléments pratiques qui pourront vous épargner quelques aventures malheureuses Quelle que soit la zone géographique de votre destination. Nous précisons que rien n’est exhaustif et qu’il s’agit d’une généralité.

C’est partit pour l’aventure !

Évitez les odeurs fortes

Parfums, eaux de toilettes, déodorants, etc. Bien qu’il soit confortable de ne pas sentir le putois lors de vos expéditions, ils sont détectés à distance par de nombreux animaux et certains d’entre eux peuvent mal interpréter des odeurs chimiques qui vont leur sembler agressives. Préférez quelques astuces comme la pierre d’alun par exemple qui minimiseront la transpiration et vous rendront plus pacifique à l’égard de la faune. Ayez en tête aussi la direction du vent.

Emballez bien votre nourriture et tenez-la éloignée de votre lieu de sommeil

Pensez également qu’elle intéressera aussi les insectes et qu’il sera par conséquent appréciable de la sécurisée en hauteur et de réfléchir à en protéger l’accès, aussi petit soit-il (une bombe de mousse à raser fait une barrière terrestre fort efficace). Surtout n’oubliez pas que nourrir les animaux sauvages est toujours interdit et dangereux !

En zone de végétation dense, munissez-vous d’un bâton

Pour vous dégager le passage et pour frapper le sol afin d’annoncer votre présence. La plupart des animaux n’apprécient pas la confrontation et cela les avertira de votre présence proche. Ils pourront alors choisir de s’éloigner à leur guise.

Un crotale diamantin prêt à réagir !

Restez à distance face aux animaux très colorés

Être aussi voyant dans la nature sauvage, c’est souvent preuve d’une grande confiance en soi face au danger ! Dans la plupart des cas cela veut dire qu’ils sont pourvus de venin ou qu’ils imitent un autre animal venimeux. Dans le doute maintenez la distance et n’oubliez pas de protéger vos yeux, nez et bouches qui sont des parties plus vulnérables, car certains animaux peuvent par exemple cracher ou projeter des poils urticants.

Gardez la distance, surtout avec les jeunes animaux

C’est un signe de respect et croyez-moi ce conseil vaut de l’or ! Il est d’autant plus valable en présence de jeunes animaux pour lesquels les parents pourraient avoir le comportement le plus agressif qu’il soit possible d’avoir afin de protéger leur progéniture.

Demander conseil aux locaux qui vivent dans ces zones

En effet, certains animaux de nos régions qui sont inoffensifs peuvent avoir des espèces voisines similaires qui vous laisseront un mauvais souvenir.

Garder la tête froide en toute circonstance

En cas de rencontre impressionnante, la panique ne fera que vous rendre plus menaçant ou plus faible au regard de celui qui se trouvera à proximité de vous. Garder le regard sur votre assaillant, mais sans viser directement dans les yeux, cela serait signe de provocation et pourrait enclencher une mauvaise réaction. Faites des gestes mesurés, tout en douceur et éloignez-vous progressivement.

Soyez accompagnés lors de vos sorties

En équipe, nous sommes toujours plus fort et plus adaptable que tout seul. Prenez quelqu’un de réfléchi et en qui vous avez confiance pour vous accompagner.

Restez éthique

Dans beaucoup de pays la vie sauvage n’a qu’un intérêt mineur, voir purement économique. Assurez-vous que vos activités respectent la région que vous visitez. Des attractions comme les cages à requins ou les promenades à dos d’éléphants sont cruelles pour les animaux et il existe souvent des solutions palliatives qui auront une action bien plus bénéfique pour vous et l’environnement.

Contempler est quelque chose de merveilleux, mais n’oublier pas de rester attentif. Un faux pas est vite fait !

Privilégiez les réserves naturelles accessibles et les parcs nationaux

Ces zones disposent généralement d’équipes formées qui vous assureront une visite des lieux en minimisant les risques au maximum. Dans le pire des cas, elles disposent aussi le plus souvent de centres de soins à proximités, ou tout du moins, de moyens (relativement) rapides pour s’y rendre.

Restez dans les zones sécurisées et les sentiers tracés

C’est à la fois prudent de votre part et respectueux de la nature.

Minimisez les contacts et lavez-vous les mains

Beaucoup d’animaux sont souvent porteurs de parasites ou de germes dont ils ne souffrent pas eux-mêmes… Ainsi respecter les règles d’hygiènes utiles. Minimiser les contacts, lavez-vous, désinfectez-vous, etc. Vous pouvez également vous munir d’une pompe à venin (cela ne vous sauvera pas, mais elle pourra retarder les effets). Prévoyez également de quoi apaiser les piqures, les inflammations et tout autres dérives issue d’une mauvaise rencontre. Prévoyez également de protéger vos blessures, car une plaie ouverte peut attirer divers animaux qui auront une vision alternative de vous-même… Allant d’un repas potentiel à une chambre d’hôtes pour leurs larves.

Évitez de toucher ou gouter une plante

Beaucoup de plantes peuvent paraître inoffensives, voire carrément attirantes. Méfiez-vous ! Le monde végétal possède aussi ses capacités de défenses. (sève urticante, poison, épines, etc.) Ne toucher ou ne gouter pas une plante ou une partie de plante (feuille fleur, fruit, etc.) sans être absolument sûr qu’elle soit inoffensive. Il faut savoir aussi que certaines espèces peuvent avoir des composés chimiques différents en fonction de leurs différentes parties anatomiques.

Cette belle euphorbe à une sève irritante pour les muqueuses

Restez vigilant et attentif à l’environnement

Restez vigilant et attentif à l’environnement sans sombrer dans la paranoïa. Traces de griffes sur les écorces, traces de pas, excréments, cris, vous indiqueront la présence d’animaux. Sachez anticiper également ! Les zones de végétation dense, les grottes, les eaux sombres sont des abris idéaux pour beaucoup d’êtres vivants. Évitez de passer les panneaux de prévention sans y jeter au moins un coup d’œil. Rappelez-vous qu’ici l’intrus, c’est vous !

Le message est clair quant à la sociabilité de ce scorpion empereur…

Équipez-vous de dispositifs de sécurité si besoin

Sachez qu’il existe des dispositifs permettant de tenir à distances certains gros animaux dangereux.
Ceinture à impulsions électriques pour les requins, Vaporisateur à ours, répulsif à ultrasons, etc..
L’usage doit se faire de manière correcte et respectueuse et dans un but purement protecteur. Il est bon de se renseigner auparavant sur les zones que l’on va explorer pour juger de la nécessité ou non de tels dispositifs. La plupart de ces appareils se trouvent aisément sur internet ou via les magasins de sport et de randonnées.

Gardez en tête les paramètres de votre environnement

Ayez en tête certains paramètres comme le milieu dans lequel vous vous trouvez (Vous irez plus vite pour vous déplacer dans un champ qu’en nageant dans la mer par exemple). Le fait que certains milieux sont plus propices à certains faits qu’a d’autres (marcher à pied-nus en montagne, vous exposera plus facilement à une piqure de scorpion qu’a une attaque d’hippopotame). N’oubliez pas que vous êtes probablement l’organisme le moins adapté à l’environnement que vous visitez, raison de plus de garder l’humilité.