Aglaonema : venez vous y attarder

Issues de la fameuse famille des Aracées (philodendron, monstera, arum, caladium, alocasia, etc.), ces Asiatiques faciles de maintenance sont souvent appréciées pour leurs coloris et leur facilité de maintenance ! C’est d’ailleurs la plante que choisissent de transporter Jean Reno et Nathalie Portman dans « Leon » film culte des années quatre-vingt-dix et réalisé par Luc Besson.

aglaonema-commutatum-red-star
Aglaonema commutatum « Red Star »

Description

Le genre comprend une soixantaine d’espèces botanique issues de l’Asie tropicale, dont une vingtaine est reprise en culture. Les plus communes étant Aglaonema commutatum, Aglaonema costatum, Aglaonema modestum et Aglaonema pictum. Leur nom vient du grec ancien et signifie « Un épi brillant » en référence à sa floraison en épi, entouré d’une spathe (c’est-à-dire une grande bractée qui enveloppe une inflorescence et qui est généralement ouverte sur un côté) qui réfléchit la lumière pour en augmenter la visibilité. Selon les espèces ils font de 40 à 80 cm de haut et présentent différents coloris et apparats foliaires.

Les floraisons sont assez faciles à obtenir et sont caractéristiques de la famille avec des teintes allant du blanc cassé au saumon. À l’instar des Philodendron, il existe une multitude d’hybrides et de cultivars différents. Comme pour l’ensemble des plantes de la famille des Aracées, on invitera à rester prudent quant aux toxines contenue dans la sève, en effet la toxicité de ces plantes fait intervenir 2 molécules : les cristaux d’oxalates de calcium agencés en micro-aiguilles (dénommées « raphides ») et une enzyme protéolytique (la dumbcaïne). Les raphides semblent être capables de transpercer les tissus avec lesquels elles entrent en contact permettant alors la pénétration de la dumbcaïne. Les enzymes protéolytiques contribueraient alors à stimuler l’inflammation locale décrite dans les signes cliniques.

aglaonema-modestum
Aglaonema modestum

Maintenance

Les Aglaonema ne sont pas des plantes rustiques, il vaut mieux éviter de les faire descendre en dessous de 10° mais hormis cela il s’adapte assez bien à une large gamme de paramètres. Idéalement, on leur offrira un substrat riche et léger et une exposition moyenne. Il résiste relativement bien à la sécheresse du substrat mais appréciera une vaporisation régulière de ses feuilles avec une eau non-calcaire. Peu sujet aux maladies, il supporte mal d’avoir les racines noyées dans une eau stagnante, ce qui peut provoquer un pourrissement à moyen terme.

Les cochenilles et les araignées rouges sont également des parasites propices à se développer sur les Aglaonema. La reproduction s’effectue principalement par division des touffes au printemps, après un repos végétatif préalable entre octobre et mars ou l’on espace les arrosages, diminue la température et ou l’on stoppe les engrais.

aglaonema-maranthfolium
Aglaonema maranthifolium

Quelques variétés d’exception

  • Aglaonema « Maria Shine » : feuillage allongé aux bandes de verts contrastées et alternes.
aglaonema-maria-shine
Aglaonema Maria Shine
  • Aglaonema pictum « Tricolor » : feuilles ovales arborant 3 couleurs de verts contrastés lui assurant une présence esthétique forte.
aglaonema-pictum-tricolor
Aglaonema pictum Tricolor
  • Aglaonema « Snow white » : hybride au feuillage ponctué de points d’un blanc très pur
aglaonema-snow-white
Aglaonema Snow white
  • Aglaonema « Silver Star »: Feuillage maculé de vert gris créant un relief visuel.
Aglaonema Silver Star

Liens intéressants

Partage sur les réseaux sociaux