Oiseaux du jardin : avez-vous la fibre ornithologique ?

Qui sont les oiseaux qui fréquentent couramment nos jardins et comment optimiser nos espaces verts pour les accueillir ?

Cette liste non exhaustive vous invitera surement à vous remémorer quelques rencontres faites dans votre extérieur, amusant et mignon les oiseaux de nos régions vivent cependant des heures précaires et le rôle du jardinier peut être déterminant dans le soutient à leur apporter.

La mésange bleue

La mésange bleue (cyanistes caeruleus) est un passereau commun et facilement identifiable. Elle est de ce fait un emblème de la faune ornithologique européenne. C’est un oiseau au régime alimentaire saisonnier qui est principalement insectivore au printemps et en été pour passer granivore en hiver et en automne. Du fait de cette adaptabilité, c’est un hôte courant aussi bien en ville qu’en campagne.

Mésange bleue (Cyanistes caeruleus)

La mésange charbonnière

La mésange charbonnière (parus major) est une cousine de la précédente. Un peu plus volumineuse, elle suit cependant le même schéma alimentaire. Elles sont donc de bonnes alliées pour la lutte écologique contre les insectes indésirables au jardin.

Mésange charbonnière (Parus major)

Le moineau domestique

Le moineau domestique (Passer domesticus) est une espèce d’oiseau à l’aire de répartition la plus vaste ! Il est en effet réparti largement sur le continent eurasiatique, mais fut également introduit en Australie et en Amérique, ainsi qu’en Afrique du Sud. Cela est dû à sa grande capacité d’adaptation, ainsi qu’a une robustesse immunitaire supérieure à la moyenne. Comme les mésanges précitées, il est à la fois granivore et insectivore.

Moineau domestique (Passer domesticus)

Le merle noir

Le merle noir (turdus merula) présente un dimorphisme sexuel marqué puisque seul le mâle mature possède une robe entièrement noire. C’est un omnivore à tendance insectivore.

Merle noir (Turdus merula)

Le chardonneret élégant

Le chardonneret élégant (Carduelis carduelis) est une espèce menacée qui figure sur la liste rouge de UICN suite à l’emploi des pesticides et aux captures. Assez farouche, il n’est pas toujours évident à observer.

Chardonneret élégant (Carduelis carduelis)

Le pinson des arbres

Le pinson des arbres (fringilla coelebs) est le plus courant des pinsons. Son régime alimentaire comprend principalement des invertébrés auxquels viennent s’ajouter de temps à autre quelques graines et bourgeons. Son nom vient du latin Pincio lui-même dérivé d’une vieille onomatopée antique “Pinc” qui décrit son cri et que l’on retrouve notamment en allemand (fink).

Pinson des arbres (Fringilla coelebs)

La fauvette à tête noire

La fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla) peut se confondre avec sa cousine la fauvette mélanocéphale ou avec les mésanges nonette et boréale. On la distingue grâce à sa calotte qui s’arrête au niveau des yeux. Elle se nourrit d’insectes, mais ne dédaignent pas quelques fruits au printemps et en été.

Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla)

La pie bavarde

La pie bavarde (pica pica) appartient à la famille des corbeaux et présente une intelligence fascinante à observer. Elle est omnivore et souffre malheureusement d’une réputation faussée de voleuse et d’animal associé à la mort dans les légendes nordiques.

Pie bavarde (Pica pica)

Le pouillot véloce

Le pouillot véloce est un petit oiseau trapu et insectivore qui affectionne particulièrement les milieux forestiers, mais qui fréquente également les jardins ornés de végétation dense.

Pouillot véloce (Phylloscopus collybita)

Le rouge-gorge

Le rouge-gorge est un animal territorial qui peut dépasser les 15 ans de vie ! Peu farouche, il est assez populaire chez les jardiniers.

Rouge-gorge

Le troglodyte mignon

Le Troglodyte mignon (troglodytes troglodytes) est avec les roitelets parmi les plus petits oiseaux d’Europe. Insectivore quasi strict, il est doté d’une grande vivacité.

Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes)

La tourterelle des bois

La tourterelle des bois (streptopelia turtur) connait un déclin rapide dans nos régions. La chasse, les sècheresses et les pesticides seraient la cause de son déclin.

Tourterelle des bois (Streptopelia turtur)

Comment aider les oiseaux ?

  1. Éviter la taille trop précoce : nombre d’espèces niche au printemps et apprécie les talus et haies denses. N’hésitez pas tant que possible à repousser vos entretiens au-delà du mois de juin pour permettre à celles-ci de nidifier en paix.
  2. Favoriser les insectes : plantes mellifères, zone de pâture sauvage, tas de bois, non-usage de pesticides et insecticides.
  3. N’oubliez pas vos mangeoires en hiver : dès l’automne la nourriture se raréfie, n’hésitez donc pas à nourrir vos amis à plumes avec un mélange de graines adaptées et un peu de beurre (non salé) tout en les préservant des prédateurs (particulièrement les chats).
  4. Introduisez un arbre natif de votre région qui offrira abris et nourriture : myrtillier, pommier, cerisier, houx, noisetier, épine-vinette, sorbier, sureau, etc.
  5. Faites de même avec des plantes dont les graines vont les nourrir : tournesol, chardon-marie, thym, chèvrefeuilles, plantain, cirse, onagre, achillée, etc.
  6. Laissez une zone de feuilles mortes : elle servira d’abri pour les vers et diverses larves et fera donc office de garde-manger.

Que donner à manger aux oiseaux en hiver ?

Voici une petite liste d’aliments intéressants :

  • Graines de tournesol : Mésanges, pics, gros-becs, chardonnerets, sitelles, pinsons.
  • Arachides : mésanges, sitelles, rouge-Gorge.
  • Maïs concassé : pinsons, moineaux, bruants, gros-Becs, merles.
  • Noisettes : mésanges, sitelles.
  • Millet : moineaux, pinsons, bouvreuils, verdiers, tourterelles.
  • Blé : moineaux, pinsons, tourterelles, bruants, pigeons.
  • Chanvre (chènevis) : tarins, mésanges, chardonneret.
  • Vers de farine : rouge-Gorge, mésanges, merles, pinsons, pics, sitelles, moineaux.
  • Petits fruits rouges : mésanges, rouges-Gorges, pinsons, moineaux, chardonnerets, merles, étourneaux.
  • Gras de viande : mésanges, étourneaux.

Veuillez éviter de donner du pain ou du riz même cuits, car ces aliments peuvent entrainer des dysfonctionnements de l’organisme et/ou véhiculer des maladies.

Lien complémentaire sur le sujet : comment-nourrir-oiseaux-hiver