La nature dans toute sa splendeur

Dischidia nummularia : la plante escargot qui aime les fourmis !

Cette voisine des Hoya, méconnue du grand public ne manque pourtant pas d’intérêt ! Son nom vient de la forme de ses feuilles évoquant à la fois la forme de certaines coquilles d’escargots tropicaux et également de pièces de monnaie (nummularia = pièce de monnaie en latin).

Botanique

Les Dischidia sont des plantes issues de la famille des Apocynacées (Hoya, Amsonia, Lauriers-roses, Pervenches Frangipaniers, etc.). Ce sont des épiphytes issues des régions tropicales de Chine, d’Inde et du S-E asiatique. Une grande partie des Dischidia se caractérise par le développement d’une relation symbiotique avec les fourmis. D’un côté la plante s’est développée afin de fournir un abri de choix à ces insectes et ceux-ci la protègent et leur apportent une aide pour la pollinisation des fleurs tout en les nourrissant grâce à leurs excréments. Il en existe à peu près 120 espèces dont certaines commencent à devenir populaires comme plantes d’intérieures.

Description

Dischidia nummularia est une plante à la fois succulente et épiphyte qui présente un feuillage arrondi. Elle est présente sur une large aire de répartition allant de l’Inde jusqu’à l’Australie ou elle est fréquemment rencontré sur la cime de plusieurs espèces d’arbres. Son port retombant lui offre un intérêt pour des compositions diverses telles que les corbeilles anglaises ou sur supports originaux (Des cintres à vêtements par exemple). La floraison est petite et gracieuses dans les teintes de jaunes-blanc crème, mais elle est rarement observée en culture intérieure, car elle est déclenchée par une différence thermique lors du cycle jour-nuit (astuce : En été, profitez-en pour les sortir en extérieur).

Culture

Cette plante est assez facile si l’on suit quelques règles simples :

  • Une lumière abondante sans être trop directe
  • Un arrosage en vaporisation 1 (en hiver) à 3 fois (été) par semaine avec une eau non minéralisée (eau de pluie, eau osmosée, eau distillée, etc.). N’hésitez pas à lui faire prendre un bain pendant une heure une fois par mois.
  • Entre avril et septembre, un petit ajout d’engrais à orchidées ou à tillandsie à fréquence d’une à deux fois par mois lui sera favorable.
  • Évitez les températures inférieures à 15°, cette plante est assez frileuse, surtout lorsqu’elles sortent de jardineries.
  • Si vous la posez sur un substrat, assurez-vous que celui-ci se montre aérée et acide (fibre de coco ou écorces de pins par exemple).

La plante est rarement affectée par les parasites courants tels que cochenilles, thrips, pucerons, etc. Néanmoins, si l’humidité n’est pas correctement ventilée, elle peut parfois développer un petit oïdium, mais qui sera facile à résorber avec un traitement au purin de prêle ou au soufre et en rétablissement une ventilation plus soutenue.

Dischidia bengalensis, une espèce proche dans une forêt tropicale indienne.

Espèces proches

Dischidia platyphylla et Dischidia pectenoides se rencontre parfois dans le commerce traditionnel, La forme des feuilles est plus large pour la première et l’autre se rapprochent davantage d’une forme de coquille d’escargot. Leurs tailles maximales sont un peu plus petites que celle de Dischidia nummularia (1 m x 30 cm de moyenne pour Dischidia pectenoides et Dischidia platyphylla contre 1,20 m x 40 cm pour Dischidia nummularia). Elles se cultivent de manière analogue.

Dischidia platyphylla