L’aronie à fruits noirs : une baie délicieuse et pleine de vertus

Joli arbuste nord-américain, l’aronia melanocarpa propose une superbe floraison blanche en bouquets suivie de fruits noirs comestibles, délicieux et nutritifs. Petit zoom sur ce fruitier d’intérêt méconnu.

Botanique

Issu de la famille des Rosacées (rosiers, pommiers, fraisiers, potentilles), ils sont proches des Sorbiers avec lesquels ils peuvent se croiser. D’ailleurs, sorbaronia mitschurinii semble issu du croisement de Aronia melanocarpa et Sorbus aucuparia, le fameux Sorbier des oiseleurs indigène de France et de Belgique. Les Aronia melanocarpa partagent le genre avec une autre espèce : l’aronia à baies rouges (Aronia arbutifolia) avec lequel il peut également s’hybrider et donner l’Aronia pourpre (Aronia x prunifolia).

Il existe une grande quantité de synonymes dans le genre pouvant amener le novice à la confusion. Néanmoins, il n’existe en botanique que deux espèces botaniques et leur hybride, Ceux-ci pouvant être déclinés en différents cultivars. Les deux espèces botaniques ont une aire de répartition commune et elles poussent toutes deux en zones boisées, humides et humifères. Ce sont des arbustes à croissances rapides dont la fructification apparait vers mai-juin et met presque trois mois à murir.

Vertus

Les fruits ont un gout un peu aigre et astringent, il est donc recommandé de les consommer avec du sucre ou mélanger à d’autres fruits pour les adoucir.

Ils sont reconnus pour leur pouvoir anti-oxydatif et agir ainsi de manière préventive et curative sur des problèmes de

  • le cancer
  • inflammations chroniques
  • troubles hépatiques
  • les ulcères du système gastrique
  • maladies cardiovasculaires
  • stabilisation glycémique chez les diabétiques
  • fortifier la peau face aux agressions des UV

Ils sont riches en flavonoïdes, anthocyanes, vitamines B1, B2, C, provitamines A, etc.

Cultures

Très rustique jusqu’à −35° et résistant aux maladies, c’est un arbuste parfait en haie ou dans un border-mix. Il se reproduit aisément par division ou bouturage. Bien qu’il se montre adaptable niveau du sol, sa préférence va pour les milieux au PH un peu acide, riche et frais sans être excessivement détrempé. Quant à l’exposition, il convient de lui offrir une zone ensoleillée ou légèrement ombragée.

La période de taille idéale se situe à l’aube du printemps vers février-mars. Il atteint en général 2 m de haut pour deux à trois mètres d’envergure. Aronia melanocarpa se décline en plusieurs variétés de même que son proche parent Aronia arbutifolia et leur hybride commun l’Aronia x prunifolia.

Aronia arbutifolia “Brillant”

Histoire

Connue des amérindiens qui le consommait déjà avant la colonisation européenne, l’Aronia arrivent chez nous dans les années 1800. Il connaitra un certains succès en Russie et dans les pays scandinaves qui apprécieront sa capacité de production en zones froides. Ce sera d’ailleurs le botaniste russe Ivan Michourine qui sera à l’origine de la majorité des cultivars actuels.

En Gironde, l’espèce Aronia arbutifolia est considéré comme invasive suite à des échappées de jardins qui formèrent différentes colonies dans le département.