Veronica gentianoides : le charme du Moyen-Orient

Plante peu connue, cette Véronique de taille moyenne mérite un peu plus d’attention que dans sa situation actuelle.

Issue de la famille des Plantaginacées (plantain, hébé, linaires, hippurus, etc.), cette vivace trouve ses origines dans le Caucase jusqu’à l’Iran en passant par les montagnes de Turquie. Elle affectionne les zones humides et ouvertes, comme les prairies et les lisières de forêts. Elle appréciera donc une luminosité vive à moyenne dans un sol frais et léger (bien que notre expérience nous a démontré une très bonne tolérance aux sols argileux). Sa floraison quant à elle viendra s’épanouir d’avril à juillet, via une série de tiges hautes de 40 cm au maximum et portant de délicieux épis de fleurs bleu-lilas.

On trouve cette espèce sous sa forme botanique, mais également sous différents cultivars comme “Nana” une forme naine naturelle de plus haute altitude, “Variegata” qui est panachée de blanc-jaunes et “Tissington white” à la floraison très pâle. Dans tous les cas son feuillage est semi-persistant et la floraison abondante !

Idéale en rocaille, on peut l’associer avec des sedums, saxifrages, géraniums, anthémis, heuchers, euphorbes, festucas, arabis mais également en massif avec dryopteris, primevères, myosotis, tiarellas, aconits, bistortas superba, pennisetums, leucanthenums, etc.

Elle ne nécessite pas de taille particulière et ne présente aucune sensibilité particulière aux maladies.

Une fleur très proche de nos espèces indigènes