Tout sur la floraison des orchidées

Les orchidées sont très souvent synonymes de fleurs remarquables pour beaucoup d’entre nous. Beaucoup d’amateurs semblent avoir du mal à pérenniser un cycle pour voir les floraisons se succéder. Voici un petit récapitulatif de nos astuces utiles.

Paphiopedilum ou sabot de Vénus

Une infinité de variations

La famille des orchidées est la plus vaste de toutes les familles botaniques avec près de 10% des espèces végétales recensées. On en retrouve sur tous les continents, ainsi que dans quasi tout types d’environnement et dans presque tous les climats. Devant cette infinité de variations, il est important de préciser que cet article va se concentrer sur les variétés courantes en culture intérieure tels que : Phalaenopsis, Cymbidium, Paphiopedilum, Oncidium, Cambria (Odontoglosum ), Miltonia.

D’autres genres tels que Ludisia, Catleya, Dendrobium, Dendrobium, Brassia, Vanda, etc. feront l’objet de publication ultérieures.

Phalaenopsis

L’orchidée nécessite de la patience

Quand vous achetez une orchidée en magasin, il est très courant que celle-ci ait subi un traitement chimique ou une perturbation de son cycle afin de proposer une floraison au moment de sa vente. Il se peut donc que celle-ci doit se rééquilibrer une fois que vous l’installez chez vous, ce qui prend un peu de temps. Les traitements à base d’hormones qui font fleurir de mini-orchidées les font s’épuiser de manière précoce, il faut donc lui permettre de reprendre ses forces avant tout.

La production de fleurs demande beaucoup de ressources. L’amendement et l’eau doivent être gérés adéquatement en fonction du type d’espèce que vous avez. C’est pourquoi il sera toujours opportun de connaitre vos plantes pour répondre à leurs besoins.

La patience est une vertu (il n’est pas rare de devoir attendre plusieurs mois entre deux floraisons, cette période de repos est nécessaire) et l’erreur est une occasion d’apprendre. Pas de panique donc, si votre tentative ne fonctionne pas de suite, cela vous donnera une occasion de progresser. Cet article est surtout une mise en bouche, mais l’orchidophilie est un domaine vaste et ce ne sont pas les documentations qui manquent ! Que ce soit un club de passionnés dans votre région, une page d’entraide sur les réseaux sociaux, un livre, un site spécialisé (vérifier quand même sa source et la valeur de celle-ci) ou autres … Il existe beaucoup de possibilités.

Un hybride de Cattleya

Comment aider une plante à refleurir ?

  1. N’hésitez pas à supprimer les fleurs fanées et à couper les hampes florales séchées. Si la hampe ne sèche que sur son sommet, il faudra garder la partie verte qui pourra redonner une seconde floraison.
  2. Beaucoup d’orchidées sont sensibles aux rythmes cycliques (jours et nuits ou saisons par exemple). À la belle saison, on peut les installer en extérieur ou sinon sur un appui de fenêtre (en prenant garde néanmoins qu’elle ne soit pas dans un courant d’air chaud en provenance d’un radiateur ou soumis à une mauvaise exposition).
  3. Arrosez vos plantes avec une eau non minéralisée ou idéalement à l’eau de pluie. Attention que nombre d’espèces absorbe l’eau également par le feuillage. Une brumisation régulière est un bonus apprécié.
  4. Un engrais pour orchidée à usage régulier donnera à la plante les nutriments nécessaires, tout comme un rempotage régulier.
  5. Supprimez les feuilles jaunes et les racines sèches, cela aura un effet hormonal stimulant qui dynamisera le métabolisme de votre plante.
Un cultivar de Miltonia
Les Cambria représente tout un complexe d’hybridation répartit en plusieurs générations