La nature dans toute sa splendeur

Amendements et engrais : comment ça marche ?

Les plantes sont des êtres vivants à part entière et comme tout être vivant elles ont besoin de nourriture. Pour se faire le jardinier dispose de toute une série de nutriments et d’engrais à sa disposition, mais il n’est pas toujours évident de s’y retrouver. Identifiez les bons amendements pour nourrir vos plantes.

Les différents types d’engrais

On parle en général de deux groupes d’engrais : Les organiques et les minéraux .

Les engrais organiques

Organique : se dit d’éléments en provenance d’organisme végétal ou animal. Ils sont principalement basés sur les 3 éléments de base de la croissance végétale : l’azote, le phosphore, le potassium (NPK). Par extension le terme est aussi utilisé pour des produits de laboratoire ou l’on travaille à partir de molécules industrielles.

Exemples : Sang séché, guano, fumier, etc.

Engrais minéral : Se dit d’un engrais qui va apporter majoritairement des éléments minéraux. Il peut être d’origine biologique, mais sera plus souvent issu de laboratoire ou d’exploitation minière. Ils apportent une gamme d’éléments importants (fer, magnésium, cuivre, calcium, manganèse, etc.) pour le bon déroulement du métabolisme de la plante.

Exemples : Coquilles d’œufs broyés, chaux d’algues, poudre d’os, basalte, cendres volcaniques, etc.

La plupart des engrais vendus de nos jours en jardinerie sont de type NPK.

Les engrais chimiques

Évitez-les ! L’industrie de l’engrais est souvent sujette à débat de part la pollution qu’elle occasionne et de part l’exploitation des gisements miniers qui font courir des risques de famines généralisées une fois ceux-ci arrivés à terme de leurs réserves. Le risque sanitaire est également un souci car plusieurs engrais peuvent représenter un danger pour la santé humaine et animale. De plus ils contiennent souvent des métaux lourds nocifs et génèrent beaucoup de gaz à effets de serre. Ils n’améliorent pas la structure des sols et sont généralement lessivés par les pluies. Ils vont alors dans les cours d’eau ou ils favorisent les algues qui se développent au détriment d’autres organismes. Elles finissent ainsi par consommer tout l’oxygène et c’est la mort d’un écosystème (ce phénomène s’appelle l’eutrophisation)

Les engrais mixtes

On parle d’engrais organo-minerai quand il s’agit de composé mélangé en provenance des deux types d’engrais.

Privilégier les engrais naturels

Outre l’avantage de minimiser les effets secondaires néfastes, les engrais naturels ont l’avantage de participer à la structure des sols et dynamise la biomasse.

Vous pouvez retrouver notre liste d’engrais recommandés.

Les autres engrais naturels

Les engrais verts

Les engrais verts : Des plantes fixatrices d’azote (mais aussi parfois de phosphore et de potassium) à planter avant les cultures voulues. Elles limitent l’érosion des sols et améliorent la structure de ceux-ci également. Parmi les plus courantes on retrouve la phacélie, le trèfle, la moutarde, colza, etc.

Fleur de Phacélie

Le compost

Le compost : Un bon compost reste l’un des meilleurs alliés du jardinier. Retrouvez les erreurs courantes à éviter en compostage.

Il présente l’avantage de disposer d’une vaste gamme d’éléments nutritifs et de rééquilibrer la structure des sols (il rend la terre lourde plus aérée et offre une meilleure rétention d’eau pour les terres légères). De plus il agit comme un catalyseur biologique qui va dynamiser la micro-vie favorable aux racines des plantes.

Le fumier

Le fumier : doit avoir amorcé sa fermentation à l’avance, surtout s’il est enfoui. Il présente également l’avantage de structurer et dynamiser les sols. Sa richesse dépend de son origine (les plus riches étant le cheval et la chèvre)

Le chaulage

Le chaulage : Se fait en général à partir de cendres d’algues marine qui vont aider à éviter les carences minérales importantes et à stimuler le nourrissage des plantes.

Les éléments chimiques et leurs actions

  • Azote (N) : activateur de croissance, participe au développement du feuillage et des tiges de la plante.
  • Phosphore (P) : agis sur les racines, la floraison et la fructification.
  • Potassium (K): Optimise la circulation de la sève et l’assimilation des nutriments. De ce fait il contribue à la résistance des plantes.
  • Calcium (Ca) : équilibre les structures métaboliques de la plante.
  • Magnésium (Mg) : participe à la photosynthèse et constituant majeur de la chlorophylle.
  • Souffre (S) : constituant important des acides aminées et des protéines. Il participe à la bonne assimilation d’autres nutriments.
  • Fer (Fe) : participe à la création de la chlorophylle et intervient dans le bon déroulement de la photosynthèse. Le fer est en général moins assimilable dans les sols basiques.
  • Oligo-éléments (cuivre, molybdène, bore, manganèse, etc.) : ils sont des éléments nécessaires en micros quantités pour la qualité du système métabolique des plantes. Généralement présent en quantités suffisantes dans les substrats, une analyse de sol pourra s’avérer nécessaire en cas de doute de carence.